Pourquoi a-t-on autant de mal à parler d’argent ?

Follow my blog with Bloglovin

Lorsque je me suis mise à créer les lignes édito de mes différents réseaux sociaux, je me suis dit que l’un de mes focus allait être l’argent. Et je ne m’attendais vraiment pas à ce que ce soit ce sujet qui fasse autant parler. Le problème pour ces gens là, ce n’était même pas que j’avouais être criblée de dettes de prêts étudiants et complètement fauchée. Le problème c’était que je parlais d’argent.

Ces derniers temps, à chaque fois que j’ai vu une blogueuse ou une youtubeuse se lancer sur le sujet, un torrent de critiques se trouvait en commentaires. Je crois que, de nos jours, parler d’argent est encore plus tabou que parler de sexe. Je pense qu’il y’a des centaines de raisons de considérer l’argent comme quelque chose dont on ne parle pas et qu’elles sont propres à chacun. En explorant plus en détails ma relation à l’argent, j’ai pu faire émerger 5 raisons qui me poussent à le considérer comme un non sujet de discussion.

1 . L’éducation autour de l’argent

La très grande majorité des blocages que nous avons vient de notre éducation et de ce que nous avons assimilé comme croyances bloquantes. C’est en travaillant sur les miennes que je me suis rendue compte à quel point je considérais l’argent comme quelque chose dont on ne parle pas. J’ai toujours entendu dire que l’argent, tout le monde en manquait et j’ai très vite associé l’argent à une douleur, dont on ne parle pas pour éviter de blesser l’autre. A quelque chose de gênant en somme.

2 .  Le revenu comme signe d’appartenance à un groupe

Une fois que j’ai compris que mon premier blocage était lié à mon enfance, j’ai exploré d’autres raisons pour lesquelles j’étais mal à l’aise de parler d’argent. Et celle-ci est apparu. Lorsque je regarde mes différents groupes d’amis, leurs revenus sont similaires. Il y’a les artistes, les apprentis entrepreneurs, les entrepreneurs confirmés et les amis d’enfance qui sont désormais parents et propriétaires de maisons en banlieue. J’imagine qu’en lisant ces mots vous pouvez associer un revenu type à chacun de ces groupes. En tous cas, moi je le peux (et je pense que quiconque vient du marketing le pourra également). L’impression d’être un imposteur est très vite apparue lorsque j’ai réalisé que mon revenu dépassait ou était inférieur à ceux de mes amis. J’ai eu autant de mal à me sentir légitime dans un groupe d’artistes qui peinait à joindre les deux lorsque je gagnais décemment ma vie que dans un groupe d’entrepreneurs brillants lorsque j’étais caissière à mi-temps. Du coup, j’ai évité à tout prix de parler d’argent.

3 . La peur de comparer sa situation à celle des autres

Avec la peur d’être exclue d’un groupe vient aussi la peur de se comparer aux autres. Pour moi, elle se formule de cette manière : je suis heureuse de ma situation, mais si je me rends compte que quelqu’un qui fait le même travail que moi gagne beaucoup plus, est-ce que je serai toujours heureuse ? Cette question m’a longtemps hantée, notamment dans l’entrepreneuriat. J’étais très mal à l’aise à chaque fois que quelqu’un de mon milieu entrepreneurial lançait une conversation autour du prix de nos services et de nos revenus (conversation généralement ingénue dans 80% des cas). Du coup, je m’éclipsais de la conversation.

4 .  La peur de susciter la jalousie.

Après la peur d’être moins bien que les autres, vient la peur d’écraser les autres par des revenus supérieurs. C’est la question principale qu’on me pose à propos de mon couple. Et on a beau être confiant, lorsqu’on vous répète 50 fois que mec peut partir car il est jaloux de votre réussite, on se met à paniquer. Je rassure tout le monde, mon compagnon n’en a rien à faire que je gagne le double de son salaire certains mois. Mais dans l’imaginaire collectif, une personne qui gagne de l’argent doit être toujours jalousée et les gens qui l’entourent se doivent d’être plus intéressés par le portefeuille de la personne que par la personne. Du coup, on ne parle pas d’argent.

5 . Mon revenu = ma valeur personnelle

Le dernier, et celui que je n’arrive toujours pas à vraiment dépasser, est celui-ci : je considère que mon revenu équivaut à ma valeur. C’est principalement ce qui me freine lorsque je dois discuter d’un salaire ou lorsqu’un client essaye de négocier mes prix. Au lieu de considérer cela comme une transaction commerciale, je me bloque, persuadée que la personne en face ne me trouve pas compétente et veut juste me faire comprendre que je n’ai pas d’interêt. C’est également le blocage contre lequel il faut que je lutte en permanence pour faire doucement monter mes prix. Consciemment, je sais que les deux n’ont aucun rapport. Mais mon inconscient à décidé de se mêler de l’histoire et me joue encore des tours à ce sujet.

 

En travaillant régulièrement sur mon rapport à l’argent grâce à des livres et des outils en ligne (dont on reparlera prochainement), j’ai réussi à débloquer certaines de mes croyances limitantes, et a améliorer significativement ma situation financière par la même occasion. Mais je sais que certains points coincent toujours, et que les débloquer est un travail qui ne s’arrête jamais. Il me suffit d’un moment d’inattention et d’une réplique fourbe balancée par un inconnu pour que toutes mes peurs reviennent et que l’argent redevienne le sujet tabou qu’il était.

Et toi, quelles sont tes croyances limitantes vis à vis de l’argent ?

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.